Archives pour l'étiquette jeunesse

La place de la République a-t-elle 1 âme ?…

20160121_150933Jeudi, je suis passée par la Place de la République pour la 1re  fois depuis le 11 janvier 2015. Quelle émotion ! Car ce n’est pas 1 âme que j’ai reçue en plein cœur, ce sont des centaines ! Celles de tous ces martyrs partis parce qu’on n’a pas su enseigner à quelques damnés le bonheur qui nous est donné via la tolérance, la diversité, la joie, la liberté.

Avant, la place de la République était le cauchemar des voitures et des piétons. On savait qu’en allant là, on tombait sur un coin de Paris impraticable, passage imposé pour atteindre les théâtres, les salles de spectacle, le cirque d’hiver, etc. Et vaguement, on savait qu’il y avait là, planquée au milieu, une statue qu’on n’avait jamais le loisir d’admirer.

Puis un jour, enfin, tout a changé. Un architecte a eu du génie. Il s’est intéressé au sens de cette place de Paris : les trottoirs ont été aplanis, le centre est devenu lieu de vie, la circulation des voitures s’est assagie et une large partie de la chaussée a été donnée aux piétons. Enfin,  la place avait gagné une âme, avec au cœur, dressée vers le ciel, sa fière statue que les Parisiens pouvaient enfin découvrir.

Jeudi, cette place de la République m’a offert ce melting-pot d’âmes autant par son ambiance presque feutrée (malgré le temps glacial !) que par les écrits qui foisonnent,  les graffitis colorés de créateurs anonymes ou par le sentiment qui m’animait : oui, quelque chose d’indéfectible dans notre pays règne là. Des milliers d’âme comptent sur nous. Notre mission : rester joyeux, éduquer, échanger, transmettre, aider la jeunesse à grandir heureuse et courageuse, les yeux bien ouverts, avec des projets innovants pour les générations qui lui succéderont.

Oui. Œuvrons pour ce qui reste essentiel.

Rama Yade, une de mes chouchoutes !

Quand une femme de pouvoir s'oppose ou fait ce que l'on considère comme une incartade, on l'a à l'oeil visiblement, et elle est même (malheureusement !) sur la sellette ! Et on lui attribue mille adjectifs excessifs !

Moi, j'aime bien ces petites jeunes, brillantes, et belles en plus, qui osent dire leurs convictions. C'est ça la jeunesse : oser sans peur. C'est le cas aussi de Kioscusko-Morizet. On a besoin de ces femmes-là. Je les respecte. Je les entends. Je les souhaite au gouvernement. Parfois je ne suis pas d'accord avec unetelle ou unetelle : ce n'est pas pour ça qu'elles doivent passer à la trappe ! On a besoin de la jeune intelligence et surtout, de celle des femmes, toujours si peu présentes en politique.

Et c'est incroyable d'entendre que Rama Yade se fait sermonner par les gouvernants, en pleine tribune ! A croire que c'est fait exprès pour la bafouer et qu'elle décide de démissionner ! Pourvu qu'elle tienne bon !

Le débat a du bon. L'a t'on consultée, Rama Yade, sur ces sujets qui sont les siens ? L'a-t-on écoutée ? Car la vraie question est là.

Pourquoi faudrait-il toujours se taire et obéir ? On n'apprend plus cela aux petites filles, depuis belle lurette ! Et maintenant, les petites sont devenues grandes et elles sont aux commandes. Habituez-vous, Messieurs ! Vous devrez changer aussi.