Un livre rigolo, blog avant l’heure et…

Je viens de finir un livre que j’ai choisi pour son allure "air du temps-blog avant l’heure". Il se veut le journal intime d’une ado (désopilante, l’ado en question !) : "Mon nez, mon chat, l’amour et… moi" de Louise Rennison. Si vous avez des adolescents hermétiques ou fantasques à la maison, ce livre peut vous faire hurler de rire et vous être utile. Ajoutez-le à la lecture attentive de "La cause des adolescents" de Françoise Dolto et vous deviendrez un parent zen !

Il m’arrive aussi de conseiller des livres plus beaux, plus subtils, par exemple, pour aujourd’hui, tous les livres d’Eric-Emmanuel Schmitt. Commencez par "Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran".

Je craque !

Ca y est ! Un blog de plus : le mien… Vais-je m’amuser, être oubliée ou me trouver débordée ? Mystère… Je réalise surtout que j’entre dans une nouvelle communauté, celle de gens qui se parlent différemment, échangent, réfléchissent ensemble et donnent le sentiment de bâtir un nouveau monde de communication… Alors, c’est parti ! Je m’insère dans ce nouveau courant. Que tous les bloggueurs chevronnés me pardonnent d’emblée les éventuelles stupides gaffes que je vais commettre. Il faudra bien que je trouve mes marques… A bientôt !   

Tout nouveau !

Pour vous, les réseauteurs3ème parution réactualisée de mon livre "Cultivez votre réseau". Il sort juste à temps pour commencer sa vie en mars au Salon du livre, à Paris ! Il arrive avec le printemps…

Je ne l’ai pas encore découvert… Je ne connais que le contenu, bien sûr, que j’ai beaucoup enrichi ! Merci, à ce propos, à tous ceux qui m’ont parlé de leur vie en réseaux ou de leurs projets réseaux… Ils ont nourri ma réflexion.

Le temps, soi et la vie

Courir, courir ! Galoper et aller plus vite encore ! Maîtriser le passé, le présent et l’avenir ! Tenir les rênes de sa vie et agir sur celle de ses proches ! Se prouver qu’on est utile, efficace et bien sous « bien des rapports » ! Penser à soi, aux autres, au métier, à la société, à la misère ici et là, s’ouvrir à autrui… Etre un modèle pour certains… Que de paris ! Que de stress si on se fixe aussi tout cela !

Et pourtant… n’est-ce pas la vie même ? Est-on heureux sans défi, sans objectif, sans aiguillon pour aller plus loin, plus haut ? Et où s’arrêter ? Qui peut le dire ? A quel moment deviner qu’il faut dire : « stop ! et mes valeurs dans tout cela ? »

Continuer la lecture de Le temps, soi et la vie

Une « vieille » histoire de cloche-pied

           Billet d’humeur… ou comment le style se relâche quand le pied tourne !

   Un des 50 billets d’humeur d’une plâtrée, écrits fin 2003.

Je me suis pris les pieds dans un "TAPIS", le 7 octobre 2003, jour où j’aurais quand même mieux fait de lever le pied et de courir moins vite ! Je volais vers une pizza, affamée comme toujours, avec un groupe de stagiaires sensasssss. "TAPIS" !… Un bien petit mot pour un bien grand souci à venir !

Dès le seuil du restaurant, donc, une saloperie de chienlit de connerie de tapis de merde a vampirisé le talon de ma chaussure très smart, très chicos. Persuadée que ma chaussure va quand même, à terme, lâcher cette saloperie (…) de tapis de merde, je tire comme une brute sur mon pied d’autant que je suis en tête du groupe, qu’il n’y a rien devant sur quoi me retenir et que je sens que le vol plané est devenu imparable avec ou sans chaussure. J’ai le temps d’aviser devant moi l’armoire réfrigérante et d’imaginer si, de ma hauteur, je vais foncer tête baissée sur l’étagère des clafoutis, celle des tartes à la crème ou celle des cannettes de coke. Je sens que tout cela va être si violent que, si j’atteins cette armoire, je passerai à travers la vitre et je me retrouverai partiellement sur l’étagère. Mais non, rien à faire ! ma chaussure a définitivement pris racine dans cette saloperie (…) de tapis de merde, et mon pied, ma cheville et ma jambe partent groupés vers le dallage brillant-glissant ! J’entends "CRAC" dedans-dehors-dans-mon-cerveau-dans-ma-jambe. Je hurle (quand même ! parce que, là, j’ai l’air de rire mais vous êtes loin du compte !!!), j’ai douillé (et s’il y avait un moyen de le dire plus vulgairement, je le dirai. « j’ai dérouillé » ou « J’en ai ch… » ? Plus vulgaire ? c’est sûr, mais dans la « douille » de douillé, pour moi, il y a la fulgurance de la douleur…) Je regarde mon pied (bon, mon pied, ce n’est pas ce que j’ai de plus beau, mais depuis le temps, j’y suis attachée) et je hurle :

"c’est cassé ! vite, une ambulance ! des glaçons ! j’ai mal !" 

Continuer la lecture de Une « vieille » histoire de cloche-pied

Du livre à la scène

Cherchez-vous une comédie à jouer pour une troupe ? Une troupe composée d’un nombre plus important de femmes que d’hommes ? Lancez-vous ! Lisez ma comédie "La grande cour", paru aux éditions L’Harmattan. Elle aussi est en passe d’être rééditée après épuisement du 1er tirage. Lagrandecour

Elle a déjà été jouée. La salle riait ! Quel bonheur pour l’auteur ! Et les acteurs étaient excellents ! Ca aide !

Bien communiquer s'apprend