Un article paru dans « Murmures » sur « La bulle de champagne et le grain de sable »

Bonne surprise !
Une critique de ma pièce, écrite par Noé Gaillard, et parue dans « Murmures ».
En voici un extrait :
« Je ne sais pas du tout comment procèdent les directeurs de troupe ou de théâtre mais il me semble que le seul critère de sélection d’un texte théâtral est sa “jouabilité”. Une pièce est jouable ou ne l’est pas…
Là pas de problème. Ça l’est ! Trois femmes (Ingrid, Margot, Anita), cinq hommes (Omam, Jean-Jacques, Marius, Pierre, Le cuisinier) en trekking dans un désert caillouteux. Bettina Soulez donne à voir et à entendre quelques travers de notre société confrontés à l’inconfort et à des situations catastrophiques. Dans ce genre d’exercice le risque de sombrer dans la caricature est très grand. Il faut ridiculiser les personnages en finesse sinon le spectateur peut vous reprocher l’outrance et l’invraisemblance. Bettina Soulez dont c’est la deuxième pièce et qui remercie Molière – en se permettant de le citer avec subtilité – sait manifestement où se trouvent les limites entre outrance et vraisemblable. Elle rend ses personnages plus ou moins ridicules mais parce qu’ils ne savent réagir qu’en fonction de stéréotypes auxquels ils veulent échapper et non parce que leurs réactions sont excessives. Elle montre qu’un des ressorts du comique est la distance entre une situation donnée et l’appréhension que l’on en a. Nous spectateurs ajoutons à ce décalage en apportant notre vision – notre imaginaire – de la situation donnée. Vous avez bien dû remarquer que les représentations qui nous plaisent le plus sont celles où nous sommes surpris sans être agressés…
A lire et à voir.
Noé GAILLARD
http://www.murmures.info/index.php kro=9621&action=view&highlight=bulle+champagne

La bulle de champagne et le grain de sable, ce qu’ils en ont dit…

Mise à jour des compliments qui me sont parvenus.

Certains ont lu le livre paru chez L’Harmattan…

André  : « Je viens de dévorer ta pièce de théâtre ; quand on en commence la lecture…, on ne s’arrête qu’au mot Fin ! »

Roxane : « J’ai bien évidemment lu le texte de votre pièce de théâtre… et d’une seule traite. L’écriture est limpide ; les images des personnages et des lieux sont évidentes. C’est alors un réel plaisir que de parcourir ce voyage avec eux… jusqu’au dénouement qui a réussi à me surprendre et me faire sourire. Portée par les valeurs et les personnalités de chacun, je n’ai pas cherché autre chose que suivre la route qu’Omam traçait sous votre plume… Je suppose que le choix des acteurs lorsque le moment sera venu sera essentiel pour donner à votre texte la dimension qu’il mérite : réflexion profonde sur tant de futilités qui nous entourent arrosée de malice et de comique… et d’une flûte de Champagne, bien entendu ! »

Françoise : « Quelle pièce de théâtre ! A plusieurs reprises, j’ai eu envie de monter sur scène pour répondre à certaines personnes qui sont vraiment dans cette nouvelle société où on a du mal à s’intégrer. »

Aymeric : « Quelle belle caricature ! Les excès du management sont une belle mise en garde pour moi qui me lance dans le ‘grand bain’ ! »

Et d’autres sont venus au Théâtre du Lucernaire écouter la lecture « animée » des huit comédiens : Sarah Gaumont, Elisabeth Russo, Nathalie Tregouët, Timothée Ansieau, Jean-Frédéric Diebold, Daniel Grossi, Nabla, Fabrice Pannetier avec une musique « Chamelle » de Laurent Barselo…

Patricia : « Quelle bonne soirée ! Quelle réussite  ! »

Christine : « Quelle superbe soirée tu nous as fait passer !!!!!!!!!! Que de fous rires et quelle ambiance !!! Ta pièce était pleine d’humour et de clins d’oeil . Les traits de caractère des personnages et les répliques, très réalistes. La marche en montagne, c’était du vécu ; on s’y retrouvait très bien . Les acteurs qui l’ont lue, très bons. C’était très sympa et intéressant de discuter avec eux après la pièce. »

Emilie : « J’ai aimé la pièce, l’énergie partagée, les mots, les rires, les sourires ! Bravo ! »

Emmanuel et Marie-Claire : « Un grand merci pour cette belle soirée ! Cette pièce : une belle satire de notre société qui cependant se termine aussi par un Changement !! Le jeu des acteurs était remarquable avec la difficulté de se référer au livre : ils étaient vraiment chacun dans leur rôle. »

Anne : « Grandiose ! Ce fut grandiose ! Voilà le théâtre comme je l’aime !  Merci pour ce moment de bonheur ! A quand la prochaine pièce ? On en redemande ! »

Marie-Catherine : « Merci beaucoup pour cette soirée formidable ! »

Richard : « Nous avons adoré cette soirée ! »

Marc : « Et vous fîtes jouer la belle comédie                                                                                      Dont on dira grand bien en dépit de l’envie. »

Jean et Maïté : « soirée parfaite :                                                                                                        – pas un grain de sable                                                                                                                        – que des bulles de champagne                                                                                                          – du rire, de l’amitié. »

Chantal : « Je salue le talent de Bettina et sa créativité, une très jolie pièce de théâtre et un bon moment passé avec l’auteur et les acteurs ! Quelle chance d’avoir une telle amie ! »

Claudine : « Je voulais te remercier pour cette très agréable soirée très réussie. Bravo pour la pièce. Tu as choisi les bons acteurs qui ont très bien su faire passer l’humour de ton texte. »

Henri : « Jolie plume et super pièce. Grand plaisir à entendre ce texte enjoué où les idées personnelles et profondes ne manquaient pas, révélant les qualités de son auteur. Bravo, Bettina ! »

Vérone : « Tu t’es régalée à préparer cette soirée… et nous l’avons dégustée, nous l’avons savourée ! Bravo d’avoir mené à bien cet événement, tout d’abord l’écriture de la pièce et l’écrin de travail dont tu l’as entourée et brodée pour nous l’offrir, ainsi, hier soir, jouée par ces excellents acteurs. La qualité de leur jeu était même renforcée par le « handicap » du livre et finalement donnait une intensité d’attention étonnante. »

Caroline Z : « Bravo pour ta pièce de théâtre qui a eu un beau succès. »

Caroline et Bruno : « Quelle belle soirée avec une pièce pétillante ! Et bonne route vers la gloire, grand auteur ! Nous attendons de pouvoir revenir avec des amis… »

Béatrice et Jean-Louis : « Merci pour l’excellente soirée que nous avons passée au théâtre du Lucernaire. Le plaisir fut décuplé par la surprise de découvrir la qualité de la pièce que tu avais écrite et fait représenter pour tous tes invités. Une véritable histoire, des personnages bien typés, une action rythmée et une écriture limpide, toute l’assistance était captivée et riait de bon coeur aux traits d’esprit : vraiment bravo pour cette réussite ! Nous avons à présent hâte de découvrir la pièce suivante qui est apparemment encore en gestation : ne t’arrête surtout pas. Depuis que j’ai vu l’exposition Pierre Soulages à Beaubourg, je suis persuadée que l’on peut encore se ré-inventer complètement et connaître à tout âge de nouveaux et importants succès. »

Christine : « Tout était vraiment très réussi. Ca m’a fait vraiment plaisir d’écouter ta pièce de théâtre au Lucernaire. C’est endroit où j’allais souvent quand j’étais étudiante et que je trouve magnifique. Félicitations donc pour cette soirée à la fois originale et très chaleureuse à l’image de votre couple et de ton écriture. »

Geneviève : « Merci pour cette bonne soirée. Bravo pour l’écriture de cette pièce. Les personnages étaient bien observés. L’idée des randonneurs, avec chacun leur caractère et leurs motivations différentes et leurs réactions, était très drôle. Tu avais bien choisi les acteurs, bien dans leurs personnages, et on oubliait qu’ils avaient le texte sous les yeux. Tu as réussi à faire venir beaucoup de monde.  Tout cela représente beaucoup de travail et d’énergie. Félicitations !

Annie-Paule : « C’est léger et… pétillant ! »

Dominique : « Un très grand merci pour cette belle soirée du 14 mai qui était une grande bulle de bonheur sans grain de sable ! Bravo Bettina pour cette pièce divertissante qui nous aura emmenés avec entrain et cocasserie sur les sentiers de randonnée d’un ailleurs où chacun se révèle dans sa vérité. Les acteurs se sont donnés à fond dans leurs personnages et certains étaient particulièrement attachants comme Anita, et le thème de la randonnée me parle bien car je la pratique à petites doses !

Poussy : « Bravo pour cette belle fête ! Ce doit être un grand moment pour toi que d’assister à la lecture de « ta prose, tes mots et… » par des comédiens que tu as choisis. »

Laurence : « Bettina, merci infiniment de cette excellente soirée où nous avons pu vérifier une fois de plus tes talents de mise en scène…Ta pièce était drôle, pleine d’humour et de gaieté et j’avais un faible pour l’astrophysicien perdu dans ses étoiles et éperdu d’amour pour sa dulcinée qui avait l’air un peu nunuche mais qui, mine de rien, emballe !! Tous éperdus dans nos bulles de champagne, c’était délicieux… Je t’embrasse fort, et courage pour une nouvelle pièce !!

Bérengère : « Oui comme Laurence,  je tiens à vous remercier pour ce merveilleux moment d’amitié auquel vous nous avez fait participer ! Et en plus Bettina, je te souhaite une très belle évolution pour ‘La bulle de champagne et le grain de sable’ ! »

Geneviève et Yves : « Nous avons bien ri en écoutant ta pièce, plus encore qu’en la lisant ! Et merci pour la qualité de la soirée que nous avons passée ! »

Isabelle :  » Avec quel bonheur j’ai partagé ce moment avec vous tous ! Quels bons éclats de rire dont j’ai rêvé puisqu’en me réveillant j’étais au Théâtre Rouge comme la veille … sans aucune envie d’en sortir. Je commande le bouquin, puisqu’il est maintenant disponible, pour me replonger dans l’ambiance et m’y retrouver à nouveau… Tu crois que tu vas pouvoir la faire jouer à nouveau ? Si oui, tu dis où et quand, que j’y amène mes enfants et autres amis. »

Delphine : « Plus haut, dans ton blog, dans ‘Les goûters autour du monde’, tu disais ceci : ‘En Namibie, de l’eau plate en bouteille. L’idéal face à la pureté du désert. Garder l’esprit libre et les yeux ouverts pour boire l’horizon…’ Aujourd’hui, Le meilleur a déjà été dit sur ta pièce, et j’ai savouré la lecture de ton blog comme une flûte de champagne que j’aime tant!!! Regarde, la bulle de champagne demeure un mystère… http://www.chateauloisel.com/vin/livre/zarifian-bulle-champagne.htm

Maintenant, j’adorerais qu’un Directeur de théâtre s’en empare et la fasse vraiment « jouer » , sans les livres, et avec de vrais décors ! Des idées à me donner ?

La galanterie ? Elle n’existe presque plus… même pour les jolies filles…

Un train bondé, une jolie jeune femme avec 3 valises géantes et lourdes qu’elle ne sait plus où poser-ranger-stocker, un vieil aveugle, sa vieille femme et son chien, une contrôleuse à la poigne de fer et aux cheveux hirsutes jaillissant de la casquette, une écervelée toute mignonne qui ne sait plus le numéro de sa place et souhaite prendre la place de l’aveugle, des tas de jeunes hommes, pétant de santé et de muscles, et qui font tout pour éviter de regarder en direction des valises ingérables et de la ravissante plante qui les possède… et moi qui fais vachement gaffe à n’avoir que les bagages que je suis capable de transporter car je sais bien qu’en prenant de l’âge, je cours le risque de sécher comme un vieux croûton coincé sur un quai de gare au milieu des valises !

Car il faut le dire, la galanterie fait place maintenant, assez souvent, à l’insouciance masculine, à la goujaterie ou au regard simplement vide et abscon.

Bref, tous ces jeunes beaux mecs ont laissé la fille se casser le dos à monter et sortir ses valises du train ! Pas un n’en a empoigné une, ne serait-ce que pour la poser sur le caddy à bagages que je lui avais trouvé.

Alors quelle différence entre la jeune et moi ? La jeune n’a pas osé demander de but en blanc de l’aide à l’un de ces gars (lequel choisir d’ailleurs ?), or moi, quand je n’en peux plus dans les transports, j’alpague un gars, courtoisement, et je me fais aider. J’ai rarement un refus ! Pourvu que ça dure, bon sang !

Quant à l’aveugle, sa femme et son chien, la contrôleuse est repassée par là et les a embarqués ailleurs, et l’écervelée a fini par s’asseoir à la place de l’aveugle…

Dommage : ce n’était pas filmé pour une émission de caméra cachée…