Martine atterrit !*

Finis les trémolos dans la voix pour parler de cette « infâmie » faite à son ami DSK, l’homme à blanchir ! Elle se souvient soudain qu’elle est une femme, une épouse et une mère et qu’elle pourrait enfin supporter la cause des Femmes !

D’autant que, toute à sa course vers la présidentielle, avait-elle oublié pendant quelques mois que… les femmes votent, elles aussi !

Berk !

*Non, « Martine atterrit ! », ce n’est pas le nouveau titre d’un livre pour gentilles petites filles sages…

DSK ou quand l’argent bien investi occulte la débauche

Extrait d’un article paru hier dans Le Monde. Ce que dit Jérôme Charyn, auteur   américain : « DSK a été pris au piège parce qu’il n’a pas su lire nos codes. Faire des avances à une hôtesse à la réception de l’hôtel, enchaîner plusieurs aventures dans la nuit, draguer une autre femme à l’aéroport, être un Mr Hyde qui remet ses habits de Jekyll et déjeune avec sa fille comme si de rien n’était, c’est peut-être approprié dans la culture latine, mais difficile à comprendre pour nous. »

Jérôme, rassurez les Américains. Cette attitude est haïssable en France aussi. Cela fait tout au plus fantasmer quelques gars qui se rêvent Don Juan, éternellement jeunes et beaux, et pour lesquels les femmes tomberaient comme des mouches !!!… Il y a pourtant un nom pour ce genre de vie : une vie de débauchés. Questionnez donc les femmes. On ne souhaite ce genre de compagnon cavaleur à personne… Ces gros lots-là, c’est la tuile ! Le « Don Juan » de Molière ou « Les liaisons dangereuses » de Choderlos de Laclos décrivent à merveille le côté destructeur de ces gens-là… Et, quand on lit, c’est fun ou poignant, mais quand on est dans un hôpital ou un commissariat, c’est la vie ou la survie qui se jouent.

Autre extrait d’article paru dans Le Monde hier : « Catherine Coswell, de l’Alliance nationale contre les agressions sexuelles, a dit que les fausses accusations de viol sont rares: de 2 à 8 % de toutes les accusations, selon l’Institut de recherche des procureurs américains. »

Eh bien, si c’est elle, Nafissatou Diallo, qui a manigancé tout ça : crier au viol, faire un procès au pénal puis au civil pour récolter des sous… Bon sang de bois ! C’est un génie, cette femme ! Messieurs, embauchez-la dans vos entreprises, vous allez assainir l’ambiance et plomber le harcèlement !

Tout cette histoire est folle ! L’un des deux ment. La femme de ménage ou l’homme de pouvoir ?  Le plus intelligent… Le plus bête… Le plus fourbe… Celui qui a le plus à gagner… Celui qui a le plus à perdre ?

Et qui a eu le meilleur avocat, l’incontournable, celui qu’il fallait prendre ? L’accusé qui se tait parce que l’avocat parle en son nom ou l’accusatrice que l’on expose aux journalistes et aux caméras alors qu’elle n’y est pas habituée ? Comment pouvait-elle résister au feu roulant des questions, après avoir subi les avis des coachs d’image en tous genres, pour se retrouver empêtrée soudain dans une histoire qui n’est plus la sienne ?

Tout cela est écoeurant. L’image de la France est dégradée par un homme porté aux nues par son clan pour en faire notre président (primus inter pares !!!)… Mais qui lui se moque éperdument de ce que nous sommes puisqu’il ne sait obéir qu’à son plaisir…

Ah ! autre détail qui vaut son pesant d’or… S’il y avait eu un témoin du viol, la plainte de la femme aurait été accréditée !!! On croit rêver ! Car un violeur isolé, finalement, ça ne compte pas ! Eternelle supputation facile du consentement mutuel… Toutes des garces, bien sûr… Une tournante, ah oui… là, peut-être, y’a du monde, y’a matière à croire la femme, à la défendre ! Berk ! C’est bas. C’est un raisonnement moyennâgeux. Régression totale.

Le prix des bêtises !

Il y a des bêtises qui,  depuis 30 ans,  ont commencé en France, peu après le berceau, quand la vie impose de lâcher les citoyens dans la société…

On a laissé faire des tas de bêtises et maintenant on le paie… Liste non exhaustive  :

  • La maîtrise de la langue française, depuis belle lurette, est brocardée. Ce n’est plus une exigence de résultat de l’Education Nationale… C’est sans importance, dit-on…
  • L’autorité des maîtres d’école et des professeurs est largement bafouée.
  • La tricherie sur les bancs de l’école, assimilée à du travail d’équipe, est tolérée.
  • La télévision, aux heures de grande écoute, nous régale de meurtres, de viols, de nouvelles du monde abominables, de jeux parfois débiles ou sans moralité, d’interviews sans consistance…  Tout cela devient banal !
  • Dès 8 ans, les enfants branchés arborent comme leurs parents : string ou caleçon en deçà de la raie des fesses, tatouages bien placés, etc. et les jeunes deviennent des proies dans la rue et sur les réseaux sociaux…
  • Maintenant les parents ne donnent plus de tapes ou de claques à leurs enfants… mais les couteaux sont dans les cartables…
  • La voie royale pour les études supérieures est la finance, la finance, la finance… Les littéraires, ça ne sert à rien ! Mieux vaut des graphiques à calculer que des mots difficiles à orthographier !  Donc, baisse vertigineuse des effectifs dans les sections littéraires.
  • Le civisme ?!? Pour qui, pourquoi ? Vous rigolez ou quoi ?
  • Pendant ce temps, on renfloue les banques et on ignore la responsabilité des financiers qui nous ont menés au fiasco.
  • Les jeunes n’ont pas de boulot ou font des stages non rémunérés.
  • Les vieux sont poussés dehors et stockent ce qu’ils peuvent pour leurs futurs longs vieux jours…
  • Les plus beaux immeubles en France sont achetés en 1 heure par de riches étrangers absents tandis que nos jeunes s’endettent pendant 30 ans pour acquérir une petite surface loin de leur lieu de travail.
  • Certaines firmes délocalisent leurs usines à la recherche de main d’oeuvre bon marché et paient leur personnel en France en dessous du SMIC.
  • On est aux 35 heures. Sans commentaire. Nous sommes les seuls au monde…
  • Et nombre de grands patrons calculent leurs parachutes dorés, leurs retraites, leurs indemnités, leurs stock-options et les grossissent à l’envi… « parce qu’ils le valent bien ! »
  • Le droit de cuissage a repris du galon ! Et on vient même d’inventer le « podolage » !…
  • Et cette semaine, comble de tout, l’économie mondiale s’effondre une fois de plus !

…Et vous voulez qu’on se sente bien, qu’on ait le moral, qu’on ait des projets ? Avec ces grosses âneries mises en route depuis 30 ans et qui nous submergent aujourd’hui  ?

Vous savez ce qui nous sauve ? Quand on ferme les yeux et qu’on éteint le poste, on arrive à « faire comme si », à oublier que l’avenir est bien noir, que les familles sont parfois dépassées par ce qu’elles ont à gérer, que la violence est partout et que tous ces chefs d’état, soi-disant très doués, sont largués… et on s’évade en surveillant le ciel et on s’imagine sortir de l’impasse, grâce à un coup de passe-passe alors qu’on frise plutôt le coup de Trafalgar !!

Aujourd’hui, je préfère « faire le dos rond, croiser les doigts et me boucher les oreilles. » Demain est un autre jour… Demain, peut-être, j’oserai vous dire : gardons  les yeux ouverts, relevons la tête, remontons nos manches… et osons changer le monde car,  si nous sommes nombreux à le vouloir, nous devrions pouvoir y arriver… A demain, donc, ou après-demain…