DSK et les femmes humiliées

Je sais : sur le web, on s’informe et on s’amuse… On s’amuse pour humilier à son tour celui qui, dit-on, humilia UNE femme, une femme qui a osé dire et qui est devenue le symbole de toutes les autres…

Moi, je n’ai pas grand humour sur ces sujets-là. En pensant à la femme bafouée, je ne peux pas rire. Car je me sens, tout à la fois, démunie et investie de sa défense. Comme si mes mots d’aujourd’hui pouvaient aider toutes celles qui n’ont pu s’exprimer hier quand il était vital pour elles d’arriver à crier…

Je n’accepte pas l’image d’un homme puissant (quel qu’il soit), riche, éduqué qui voit un cul qui passe et qui fait main basse dessus pour sa convenance personnelle. Je n’ai pas pitié d’un type qui a 30 ans de plus que sa proie et qui veut la posséder en se persuadant qu’ils jouent l’un et l’autre à armes égales…

Alors, oui, aujourd’hui, je pense à cette femme qui a peut-être peur maintenant pour sa vie. Oui, j’ai en tête aussi toutes les autres qui ont vécu des blessures de ce genre et qui n’ont rien osé dire parce que, bon…, c’est lourd, bouleversant, difficile à expliquer, c’est se rendre intéressante à un moment où elles se sentent cassées… et parce que cela demande une énergie hors du commun, après avoir été piétiné, de chatouiller ensuite le talon d’Achille du mastodonte.

En plus, oui, j’en veux aux amis laxistes de DSK qui ont seriné à la France entière qu’il était l’homme présidentiable par excellence, en fermant les yeux sur ses frasques et sa moralité qui heurtaient peut-être depuis quelque temps déjà d’autres femmes…

Ouf ! Ce scandale sort à temps. Les femmes n’auront pas à ajouter à leur claque commune celle d’avoir voté, sans le savoir, pour un type qui voit en elles des objets convoités et faciles à saisir. Le PS n’a qu’une ligne possible : le laisser tomber. Car si tout est vrai, si tout est prouvé, il est indéfendable. Et il a sans doute besoin depuis longtemps d’une aide appropriée… et non pas d’un entourage qui ferme les yeux et se tait.