Quand une baby-sitter excelle déjà dans l’art du réseau et de la délégation !

Vous avez connu ce genre de situation, j'imagine… La galère pour trouver un ou une baby-sitter pour vos ouailles… Pourtant, quoi de plus précieux que des enfants à confier à quelqu'un !

J'ai entendu parler d'une perle de baby-sitter qui, sollicitée par des parents qui la trouvaient toujours efficace avec leurs petits, n'a pu (pour des raisons de planning) rendre le service attendu. Alors, elle a fait ce que peu de gens investis dans le travail oseraient faire : elle a donné une dizaine de références de jeunes qu'elle apprécie et qui sont dans son réseau d'amis. Elle a même prévenu la plupart qu'ils allaient avoir une demande de baby-sitting. Ce fut fait, plusieurs furent sollicités et tout a fonctionné à merveille… Des gens de qualité conseillés par une jeune fille qui n'a pas eu peur de la concurrence mais qui a pensé à l'intérêt des enfants et donc de ses clients !

Bilan ?

  • En donnant les clés de son réseau, elle a aussi montré ses qualités dans le choix des gens qui l'entourent et à qui elle fait confiance…
  • En prévenant ses amis de ce projet, elle a merveilleusement délégué.
  • Elle a fidélisé ses clients.
  • Elle a managé le projet qu'elle ne pouvait prendre en charge sans sacrifier celui qui la retenait par ailleurs.
  • Elle a encore agrandi la confiance qu'on lui donnait préalablement.

Bravo ! Belle leçon ! Car le management, c'est aussi ça !

Zabou, « No et moi » en avant-première

D'incroyables jeunes acteurs, Antonin Chalon, Nina Rodriguez, Julie-Marie Parmentier, bien filmés, aux caractères bien tranchés. Bernard Campan et Zabou Breitman, aussi excellents que d'habitude. Une histoire traitée sur fond de documentaire, avec des vues sur Paris et sur la misère moins glorieuses que dans les films qu'on ira vendre volontiers à l'étranger.

MV5BMTQyODM1MTg2MV5BMl5BanBnXkFtZTcwMzk2Njc5Mw@@__V1__SY314_CR129,0,214,314_    Les thèmes : les solitudes qui se cassent grâce à une main tendue, l'électron libre et marginal qui bouscule et redonne de la force à ceux qui l'ont perdue, l'enfance surdouée avec sa fragilité, son décalage, son hypersensibilité, son goût du risque et sa capacité à grandir les autres.

Zabou dans la salle ensuite pour répondre aux questions. De la mesure des deux côtés, dans la salle et sur la scène. Des compliments. Pas d'extrapolation particulière.

Un joli film, oui, sur les "sans abri", la jeunesse et l'espoir…

La nuit, quand un jogueur nu rencontre un chasseur… Aïe !

Peut-être que le jogueur nu s’était arrêté pour lacer sa basket… En tout cas le chasseur a tiré croyant avoir affaire à un sanglier !

Le gars devait être sacrément poilu !

En tout cas, l’un a risqué la mort et l’autre la tole car, visiblement, il est permis la nuit de courir nu mais pas de chasser la bêêête…

Moi, en tout cas, à point d’heure, je n’aurais aimé rencontrer ni l’un ni l’autre ! La chasse au loup-garou, ce n’est pas mon truc !!!

Obama, the best !

Barack-obama-for-president 
Obama, toujours ! Le meilleur de tous ! Pourvu que les Américains se raisonnent et maintiennent les Démocrates, et donc le pouvoir de cet homme-là, aux commandes !

Ah, si Obama pouvait s'expatrier et venir s'occuper de l'Europe, ou même de la France, histoire de se distraire de ce peuple américain qui semble parfois manquer de confiance… ce serait formidable pour nous aussi.

Je maintiens : cet homme-là, avec son patrimoine culturel si diversifié associé à son intelligence hors norme, est une grande chance pour le monde. Donnons lui notre confiance le plus longtemps possible.