Proglio, l’homme aux 500 000 salariés… Ca vous fait peur ?

Clairement, oui !, ça fait  peur !!! 

Que cherche-t-on à sauver ? La planète, la France, le monde de l'entreprise, un génie, un dirigeant, des salariés ?

Clairement, oui !, ça fait  peur !!! Cet énorme pouvoir-là, c'est celui d'un chef d'entreprise ou d'un chef d'état ? Il va peser lourd, Proglio…

Qui peut assurer qu'il aura le temps de penser tous les jours à ce petit gars qu'il ne connaît pas et qui travaille pour EDF ou Veolia dans un coin paumé de France ou de Navarre ? Alors, oui, bien sûr, il continuera de serrer la main de son jardinier, de demander des nouvelles du petit dernier à la domestique qui cire ses meubles, de sourire au gamin qu'il croise dans sa rue… et tout le monde dira : "Il est humain, cet homme !", comme si cela devenait une prouesse ! 

N'empêche que la démesure de la tâche due à l'énormité de la structure change la donne dans sa tête et dans celle de son entourage. Oui, le pouvoir peut donner le tournis et aveugler.

Car, qui restera sincère et franc auprès de lui et à quel prix ? Les cireurs de pompes, les flatteurs, les flagorneurs, les pétochards, les bénis oui-oui, tous seront en action pour participer aux décisions ou pour sauver leur peau, et éventuellement la taille de leur équipe (car qui dit "grande taille" dit "pouvoir et importance", bien sûr !) Mais gare à celui qui n'ira pas assez vite ou qui ne sera pas le bon jour sur le bon chemin où passera l'homme qui peut tout !

Pourvu qu'il ne soit pas despote, pourvu qu'il ne prenne pas la grosse tête, pourvu qu'il ait toujours en mémoire que le 499 999ème petit personnage qu'il représente mérite son attention. Pourvu que, contre toute attente, cet excès de pouvoir le rende meilleur, davantage accessible et sensible !

Bref, Monsieur Proglio, si vous avez besoin que, de loin en loin, on vous parle franchement, vous le voyez, moi j'ose !… "Beaucoup de Vous" aide à donner du sens.

Paru sur mon blog professionnel :beaucoupdevous.com

 

Proglio, l’homme aux 500 000 salariés… Ca vous fait peur ?

Clairement, oui !, ça fait  peur !!! 

Que cherche-t-on à sauver ? La planète, la France, le monde de l'entreprise, un génie, un dirigeant, des salariés ?

Clairement, oui !, ça fait  peur !!! Cet énorme pouvoir-là, c'est celui d'un chef d'entreprise ou d'un chef d'état ? Il va peser lourd, Proglio…

Qui peut assurer qu'il aura le temps de penser tous les jours à ce petit gars qu'il ne connaît pas et qui travaille pour EDF ou Veolia dans un coin paumé de France ou de Navarre ? Alors, oui, bien sûr, il continuera de serrer la main de son jardinier, de demander des nouvelles du petit dernier à la domestique qui cire ses meubles, de sourire au gamin qu'il croise dans sa rue… et tout le monde dira : "Il est humain, cet homme !", comme si cela devenait une prouesse ! 

N'empêche que la démesure de la tâche due à l'énormité de la structure change la donne dans sa tête et dans celle de son entourage. Oui, le pouvoir peut donner le tournis et aveugler.

Car, qui restera sincère et franc auprès de lui et à quel prix ? Les cireurs de pompes, les flatteurs, les flagorneurs, les pétochards, les bénis oui-oui, tous seront en action pour participer aux décisions ou pour sauver leur peau, et éventuellement la taille de leur équipe (car qui dit "grande taille" dit "pouvoir et importance", bien sûr !) Mais gare à celui qui n'ira pas assez vite ou qui ne sera pas le bon jour sur le bon chemin où passera l'homme qui peut tout !

Pourvu qu'il ne soit pas despote, pourvu qu'il ne prenne pas la grosse tête, pourvu qu'il ait toujours en mémoire que le 499 999ème petit personnage qu'il représente mérite son attention. Pourvu que, contre toute attente, cet excès de pouvoir le rende meilleur, davantage accessible et sensible !

Bref, Monsieur Proglio, si vous avez besoin que, de loin en loin, on vous parle franchement, vous le voyez, moi j'ose !… "Beaucoup de Vous" aide à donner du sens.

Quelle belle plante !!! Oui, je parle de Vous… Testez-vous donc !

Amusant ! Un test sans prise de tête, aux questions inhabituelles et judicieuses :

"Quelle plante êtes-vous ?" Sur www.quizzplantes.com, vous saurez tout sur vous ! Etes-vous décoratif (ive), disjoncté (e), carré (e), sociable, ingérable, poète, cactus ?

Car, vous comme moi, il y a bien des plantes qu'on n'a ni envie d'offrir ni envie de recevoir et d'autres qui nous font systématiquement craquer… Tout cela a donc du sens…

« Le concert »… Du grand cinéma !

23974

 Merveilleux film. Drôle, incongru, réaliste, émouvant, joué à la perfection par une kyriade d'acteurs plus ou moins connus. Un bonheur ! Une histoire et ses flash-backs magnifiquement mis en scène, des contrastes, des retenues et des silences qui en disent long. Oscillant entre fous-rires et yeux humides, on est sur le qui-vive jusqu'à la fin, gourmand et savourant jusqu'au dernier instant l'émotion qui nous embarque !

A voir absolument !

Petite zone de turbulence – bande annonce… et après ?

19210070_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091209_010412-225x300

 Vous avez vu la bande annonce de "Petite zone de turbulence" ? C'est bon ! Inutile d'aller voir le film, vous avez vu les meilleures répliques et compris de quoi il retourne. La bande annonce est speed, ramassée, intelligente.

Le film est lent.

Certes, les acteurs sont très bons. Comme d'hab.! Mais, cela suffit-il ? Pas sûr soyons francs !

En revanche, si vous avez vu ce film et si vous l'avez adoré, écrivez ici. Ce sera toujours ça de pris pour l'équipe qui a concocté ce travail :

Avatar : la fraîcheur n’a pas d’âge !

1878064724

 Quel horrible mot, "avatar"… et pourtant Cameron nous offre grâce à cela la beauté et la fraîcheur d'un monde paradisiaque ! Avec ce film, il incite plus à l'écologie et à la protection de la planète que de nombreux gourous sinistres qui nous sermonnent sans cesse.

Les avatars de nos héros sont beaux et délivrés de leurs souffrances physiques d'humain ; et ce paradis dans lequel ils évoluent sous l'ombre de l'arbre des âmes nous envoûte. A l'opposé de ce qu'ils sont figurent les américains musclés et armés jusqu'aux dents qui cherchent les métaux pépites enfouis au coeur du paradis…

L'histoire est poétique, saine et belle. On en ressort des étoiles dans les yeux et cherchant autour de nous les branches majestueuses de l'arbre des âmes…

Pour que la séduction soit au maximum, nous sommes allés voir Avatar à DisneyVillage. Formidable ! Vraiment ! D'autant que nous étions les vieillards de la salle ! Tous les autres spectateurs étaient des jeunes chevelus, placides, rêveurs, un brin débraillés. Cela fait plaisir que la fraîcheur n'ait pas d'âge et que de "jeunes gars" en bandes viennent rêver là sans s'imaginer tourner à la femmelette romantique !

Les idées et les actes, chez Arthemia

Un extrait de : Méfiez vous des gens qui ont des idées, publié sur le blog d'Arthemia, suivi d'un de mes commentaires…

Bruno a écrit : "En tant qu’entrepreneur nous sommes entourés de gens qui savent plein de choses et qui ont plein d’idées pour nous. La difficulté pour l’entrepreneur est de faire le tri dans tout ça et de décider ce qu’il veut faire, créer, mettre en place. Mais ce cas là est assez simple à gérer. Au final il s’agit de se poser la question : « Cette feature que me propose ce client/prospect/ami est-elle vraiment une bonne idée, est elle faisable? ». En général on apprend assez vite à faire le tri.

Mais le véritable danger vient d’ailleurs. Quand on crée une société, les premiers temps (pour ne pas dire les premières années) il faut faire. Simplement faire. Et cela veut dire mettre les mains dans le cambouis, développer du code, se coltiner la paperasse dont l’administration française a le secret, faire les comptes, prendre son téléphone, prospecter…

Avoir des idées c’est bien. C’est génial. Mais trop souvent les gens qui ont ces idées ne sont pas prêts à faire ce qu’il faut pour les concrétiser.

Donc quand vous entreprenez. Ne vous entourez pas parce que tout le monde vous dit qu’il faut le faire. Entourez vous parce que vous avez trouvé des gens qui font, avec vous."

bettina soulez said: "Article intéressant. J’aime bien ce constat. Par chance, il y a des gens qui sont des exécutants et de bons suiveurs. D’autres qui sont surtout des créateurs et des innovants. D’autres encore qui imaginent et se donnent les moyens de créer. Et puis, il y a les étapes à franchir… Former, déléguer, etc. La confiance. Maître-mot. Confiance en soi et confiance en les autres. Et à cela s’ajoute encore : apprendre à repérer ses ennemis et ses alliés qui, en plus, peuvent être mutants parce qu’opportunistes. La vie, c’est tout ça et cela a du bon. Ca nous évite de nous endormir dans le ronron ; ça nous booste pour entreprendre et créer pour demain ! Evoluer toujours, tout en restant soi-même, fidèle à ses valeurs faciles à lire pour les proches. Ainsi, tout l’entourage avance au même rythme, sans faux-semblant, en regardant dans la même direction. Bravo, Bruno ! Continue, on est là, admiratifs et confiants !"

Après les fêtes… régime, j’ai dit !

Berk !

La balance me balance mon poids tous les matins depuis 10 jours… Elle fait semblant d'annoncer du banal… Elle ne clignote pas, ne crie pas, ne transpire pas… Elle affiche sans mouffeter. Pourtant, les chiffres sont plus gros, plus ronds, moins sympathiques. Y a de la marge, certes, y'a plus lourd que moi ! Mais bon, j'n'aime pas le boudin et j'voudrais pas en devenir un !

Ca tombe mal d'être un peu plus ronde au moment des soldes… Je ne peux m'autoriser de craquer pour un manteau ou une jupe ! Ce serait la porte ouverte à l'acceptation des rondeurs… Des gants, des chaussettes, oui, à la rigueur, un bonnet peut-être…

Alors, je suis allée acheter  en "parapharmacie" des petites capsules pour mincir. Chouette ! Elles sont en soldes ! 2 boîtes pour le prix d'une  ! Un moyen comme un autre de profiter moi aussi des prix bradés ! Alors, je demande : "Elles sont soldées parce que ce n'est pas efficace ?" La parapharmacienne s'en étrangle presque ! "Quelle question ! Tout marche, Madame ! Quel est votre objectif ?" Pas mal ! La question en retour me plaît ! Alors, j'y vais : j'achète un pack de 2, avec l'étiquette "2 pour le prix d'une". Et la vendeuse me dit : "Vous ne voulez pas la boîte gratuite ?"

– Ben si !

 Et tac ! Elle m'en ajoute 2 de plus ! Je n'y comprends plus rien. Me voici avec 4 boîtes pour le prix d'une ! Attendez un peu… Dans quelques jours, vous allez me croiser dans la rue et vous ne me reconnaîtrez pas ! J'ai toujours mon vieux rêve des joues creuses à réaliser… si j'ai le courage d'avaler ces trucs…