Le gag au restau ! Les huîtres et les escargots se font la malle !

Un restaurant de poissons, cher, plutôt classe, où l'on peut manger des huîtres. 4 soeurs qui sont là pour faire plaisir à celle qui repart au Canada et n'a pas mangé d'huîtres depuis un bail…

Petit à petit, ça dérape :

1. La serveuse (plutôt vulgaire mais bon ! quelle importance…) se vautre quasiment sur la table pour prendre la commande et  tangue à tout moment vers la table du fond où un beau mec dîne seul…

2. Le môme, qui est à la table à droite, hurle à sa mère et à son amant qui se bécotent à bouche-que-veux-tu qu'il veut faire "caca" (!) et que si on attend encore, il va faire sur sa chaise (!)… Charmants, les mômes des autres !… 

3. Le plateau de fruits de mer servi n'a pas les huîtres commandées… Bon !… 

4. On demande du pain au serveur, la commande est oubliée le temps des huîtres… Agaçant !… 

5. Mais le summum arrive… On sert à la Canadienne les 6 gros escargots à l'ail qu'elle a choisis comme plat principal. L'un des escargots est tellement recroquevillé que ce 6ème-là, quoiqu'on fasse, reste planqué ! Le plat est devenu froid tandis que la salle du restau est désertée par le personnel !

6. Les serveurs rigolent entre eux en cuisine ! Il faut finalement aller chercher un gars pour qu'il constate que la bête est bien cuite, froide, rebelle et enfoui au fond de son nid ! 

7. Il essaie à son tour de l'extirper, n'y arrive pas et devinez quoi ? Sur la desserte, à côté de nous, il flanque des grands de marteau-massue-couteau-verre-ou casse-noisette… et, après tout ce tapage, il remet, sous le pif de la canadienne, l'assiette avec le mollusque froid et maté dans sa coquille écrasée !!!!

8. A la table à gauche, pendant notre bras de fer avec l'escargot, les clients renvoyaient à la caisse leur addition erronée…

Bigre ! Nous voici, toutes les 4,  mûres pour l'esclandre ! On le fait, mais la soirée est gâchée. C'était très cher payé même s'ils ont offert les escargots et les cafés.

Quant à la TVA à 5.5, quelle mascarade ! Les baisses de prix sont peanuts et le personnel nul ! Le restaurant n'est plus un moment unique pour être bien ensemble. Restons chez nous !

Michel Rocard, un sage moderne !

"La pêche", l'intelligence vive, la parole fluide : c'est Michel Rocard… avec un sujet qui passionne… et, au passage, un scoop !

Tout était donc réuni pour rendre excellente la soirée de ces dirigeants d'entreprises du bâtiment affiliées au GCCP, le syndicat du "Génie climatique, de la couverture et de la plomberie".

Le thème : "Les enjeux du développement durable". Impossible cette fois-ci de se dire : "encore !?!". Car Michel Rocard situe d'emblée sa mission dans l'urgence mondiale face à la détérioration de certains espaces de la planète. Rien de culpabilisant dans son discours. Juste une prise de conscience qui passe par un aperçu de l'Arctique. Et nous admettons facilement que la France a raison de se lancer dans la lutte contre le gaspillage, la pollution chimique et le réchauffement climatique.

Le scoop : l'importance de l'enveloppe budgétaire destinée au logement social.

Balayé, face à Rocard, ce clivage mortel gauche-droite ! Les chefs d'entreprise présents saluent chez lui son intelligence et sa réflexion. Et nous constatons une fois de plus que Sarkozy a eu bien raison de confier à une pointure de son opposition un dossier brûlant qui devrait rester apolitique.

On était loin, lors de cette conférence, des verbeux ordinaires qui réduisent le développement durable à une nouvelle boîte de Pandore ! Nous avions face à nous un Sage bienveillant, loin des querelles assassines, et investi sur l'essentiel. Une hauteur de vue de bon aloi.

Merci.

Michel Rocard, un sage moderne !

"La pêche", l'intelligence vive, la parole fluide : c'est Michel Rocard… avec un sujet qui passionne… et, au passage, un scoop !

Tout était donc réuni pour rendre excellente la soirée de ces dirigeants d'entreprises du bâtiment affiliées au GCCP, le syndicat du "Génie climatique, de la couverture et de la plomberie".

Le thème : "Les enjeux du développement durable". Impossible cette fois-ci de se dire : "encore !?!". Car Michel Rocard situe d'emblée sa mission dans l'urgence mondiale face à la détérioration de certains espaces de la planète. Rien de culpabilisant dans son discours. Juste une prise de conscience qui passe par un aperçu de l'Arctique. Et nous admettons facilement que la France a raison de se lancer dans la lutte contre le gaspillage, la pollution chimique et le réchauffement climatique.

Le scoop : l'importance de l'enveloppe budgétaire destinée au logement social.

Balayé, face à Rocard, ce clivage mortel gauche-droite ! Les chefs d'entreprise présents saluent chez lui son intelligence et sa réflexion. Et nous constatons une fois de plus que Sarkozy a eu bien raison de confier à une pointure de son opposition un dossier brûlant qui devrait rester apolitique.

On était loin, lors de cette conférence, des verbeux ordinaires qui réduisent le développement durable à une nouvelle boîte de Pandore ! Nous avions face à nous un Sage bienveillant, loin des querelles assassines, et investi sur l'essentiel. Une hauteur de vue de bon aloi.

Merci.

Eyrolles, la classe !

L'autre soir, Les éditions Eyrolles invitaient leurs auteurs à un cocktail au Musée Maillol ! Merveilleux moment au milieu des statues de Maillol pas loin d'une salle sublime avec les oeuvres de Séraphine !

Il fait bon être auteur dans cette maison d'édition ! Cela donne envie d'écrire ! Et on est vraiment accueilli ce jour-là par toute une équipe qui nous connaît et nous reconnaît ! Excellent pour l'ego et pour notre créativité !

Rama Yade, une de mes chouchoutes !

Quand une femme de pouvoir s'oppose ou fait ce que l'on considère comme une incartade, on l'a à l'oeil visiblement, et elle est même (malheureusement !) sur la sellette ! Et on lui attribue mille adjectifs excessifs !

Moi, j'aime bien ces petites jeunes, brillantes, et belles en plus, qui osent dire leurs convictions. C'est ça la jeunesse : oser sans peur. C'est le cas aussi de Kioscusko-Morizet. On a besoin de ces femmes-là. Je les respecte. Je les entends. Je les souhaite au gouvernement. Parfois je ne suis pas d'accord avec unetelle ou unetelle : ce n'est pas pour ça qu'elles doivent passer à la trappe ! On a besoin de la jeune intelligence et surtout, de celle des femmes, toujours si peu présentes en politique.

Et c'est incroyable d'entendre que Rama Yade se fait sermonner par les gouvernants, en pleine tribune ! A croire que c'est fait exprès pour la bafouer et qu'elle décide de démissionner ! Pourvu qu'elle tienne bon !

Le débat a du bon. L'a t'on consultée, Rama Yade, sur ces sujets qui sont les siens ? L'a-t-on écoutée ? Car la vraie question est là.

Pourquoi faudrait-il toujours se taire et obéir ? On n'apprend plus cela aux petites filles, depuis belle lurette ! Et maintenant, les petites sont devenues grandes et elles sont aux commandes. Habituez-vous, Messieurs ! Vous devrez changer aussi.