Blogrolls, facebook et linkedin : savoir jongler…

Beaucoup de gens sympathiques et/ou doués que j'ai envie de recommander : à moi donc de jouer intelligemment entre mes blogrolls et mes nouveaux réseaux dans Facebook et Linkedin.

Ainsi, je vais me fixer une ligne de conduite : Facebook et Linkedin, des réseaux avec des amis et des proches que j'estime, bien sûr, mais aussi que j'ai vraiment rencontrés. En tout cas, des gens avec qui j'ai partagé des convictions, des souvenirs, des moments.

Du coup, certains blogueurs sont sur Facebook, Linkedin ou mes blogrolls, selon les échanges que nous avons eu le temps de créer.

Limiter le nombre de gens sur Facebook sera aussi un moyen de protéger ceux de mes proches qui publient beaucoup de photos ou d'infos persos sur les réseaux sociaux.

Pardon à ceux que j'ai déplacés d'un réseau à l'autre… J'affine, j'apprends, je mesure…

Les paysans dans la crise ? Mais non, mais non…

J'aimais bien : les "paysans". Goût pour le mot, admiration pour leur travail.

Maintenant, on parle de : "monde agricole". On les grandit sûrement les paysans en parlant d'eux ainsi, d'autant que pour cultiver des terres en 2008 il faut des moyens modernes et chers.

"Cher" oui, car pour une récolte annuelle, achetée à bas prix aujourd'hui, ils ont cultivé toute l'année avec un pétrole hors de prix qu'ils ont payé cash quand ils en avaient besoin pour que la récolte se fasse à son terme !

Alors quand on comprend qu'un pétrolier annonce qu'à moins de 50 $ le baril cela devient trop cher de puiser le pétrole, comprend-on pour autant "le paysan" quand il dit qu'on lui achète décidément trop bas les produits de sa terre et qu'il ne peut pas joindre les deux bouts ? Peut-on prendre le risque d'inciter les paysans à lâcher prise, oublier leur métier pour venir en ville chercher du travail et grossir en ce moment le nombre de chômeurs ?

Un classement qui me va bien !

La blogosphère s'intéresse au classement des blogs féminins en essayant de dépasser la sempiternelle nécessité de les ranger dans des catégories. Cette démarche me va bien ! Aubonsens.com est classé 7ème sur 250. Je suis fière ! Merci, Fadhila ! Merci aussi au Blog des Régions Job Cafés d'avoir repris l'idée.

Pour la petite histoire : en 2005 et 2006, j'avais sur ce blog un grand lectorat et beaucoup de commentateurs. En 2007, j'ai arrêté de bloguer parce que j'avais un poste de Directrice de la Communication dans un grand groupe européen : j'ai donc préféré, en tant que rédacteur, éviter de superposer différentes images. Puis j'ai repris ma vie de blogueuse en 2008 et j'ai même ouvert un second blog, professionnel cette fois-ci, attaché à  la société que j'ai créée : "BeaucoupdeVous".

La chance que j'ai, c'est que certains blogueurs que j'estime m'ont gardée dans leur blogroll et ce depuis 2005. Moins de commentaires, certes, moins de visiteurs qu'au début mais la blogosphère est devenue gigantesque et le temps des blogueurs se répartit maintenant différemment. Alors je m'adapte à cela.

En tout cas, ce classement me fait plaisir !

Confiance ? T’es fou, non ?!?

Confiance ? En qui ? En quoi ? T'es fou, non ?!?

Aujourd'hui, il est devenu normal de parler de ses peurs… Peur ? De qui ? De quoi ? Du gentil riche, genre Madoff, qui vous reçoit grassement et qui vous pille en douce directo dans le portefeuille ?  Du pauvre méchant qui vous attaque dans la rue parce qu'il a faim tout simplement ? Du jeune qui en veut à tous ces vieux qui lui proposent une société pourrie ? Des chômeurs parce qu'à force d'être mis à l'écart, ça rend aigri et acerbe ? Des Chinois parce qu'on les sait actifs et réactifs coûte que coûte ? Des Américains parce qu'on les associe aux subprimes et au plus grand truand de l'Histoire ? De tous ces étrangers qui sont venus travailler ici rêvant de copier notre niveau de vie et qui se retrouvent "Gros Jean comme devant" ? Des petits et grands patrons parce qu'ils sont capables du pire comme du meilleur quand on les force à naviguer à vue ? Des politiques qui râlent quand ils sont dans l'opposition et se retrouvent moins fiéros lorsqu'ils ont les rênes ?… Ca fait du monde, non ?

Alors je tranche ! Moi, je fais confiance d'abord à la famille, puis… à tous ceux qui affichent depuis longtemps des valeurs auxquelles je tiens, à ceux que j'aime depuis très longtemps tout en connaissant leurs points forts et leurs points faibles, à ceux qui respectent le travail d'autrui, aux courageux qui n'ont pas inventé le fil à couper le beurre mais qui font tourner la baraque, aux créatifs qui savent rendre possibles et belles les idées des autres, aux savants et aux inventeurs qui initient le monde de demain, à ceux qui ont des métiers qui les rendent soucieux des autres, à ceux enfin qui ont envie de retrousser leurs manches et de construire une société meilleure avec de nouvelles bases. Alors, que ce soit en Europe, en Chine, aux US ou ailleurs, ça fait du monde ça aussi, j'imagine ?

Oui, je garde l'espoir. Oui, je fais partie de ceux qui sont partants pour changer les mentalités. Oui, je crois au travail et à la force cumulée de 1 + 1 + 1… Oui, j'ai confiance et je pense qu'une société évoluée peut être à la fois inventifve et réfléchie.

1 carte envoyée, 300 reçues ! Vous y croyez, vous ? Vous êtes bon pour Madoff !

Le jeu était débile et peu crédible : une sorte de chaîne… Il fallait envoyer une carte à un inconnu, enregistré n° XXX sur une liste, et s'ajouter en bas de cette même liste puis envoyer cette chaîne ainsi entretenue à 5 personnes de notre choix. A terme, pour une carte envoyée, on en recevait (paraît-il) un nombre faramineux. Ca coûtait quelques francs d'investissement, à l'époque, pour une carte postale et un timbre achetés, c'était idiot et, bien sûr, cela ne marchait jamais !!! 

Les banques m'auraient dit qu'elles faisaient joujou comme ça avec Madoff, je leur aurais dit d'essayer d'abord avec des cartes postales "timbrées" !…

Aujourd'hui, il faut que les grands décideurs, qui ont joué comme des ânes avec l'argent qui ne leur appartient pas, commencent à payer et à être licenciés… sans indemnités s'il vous plaît !

Il y a des gens qu'on a payés très chers pour qu'ils soient plus avisés que leurs clients. Ainsi la finance est devenue l'Eldorado dans lequel se sont engouffrés des jeunes surdipômés aux dents longues. Ils se sont enrichis vite et bien. Je ne sais pas à quoi ils se sont réellement occupés mais le résultat est désastreux. Comme l'écrit Jacques Attali dans "La crise, et après ?" (Fayard) : il serait temps que le métier de banquier redevienne "modeste et ennuyeux, ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être".

Royal – Aubry : l’ange et le démon ?

Combat exaltant ou ridicule ? Qui dit vrai, qui a raison, qui est sincère ?  Les rôles, simplistes, sont bien distribués : la douce fée et la sévère, la blonde et la brune, le ton doux et le ton hargneux … Il ne manquerait plus que l'une soit gauchère (sinister) et l'autre droitière (directus) ! 

Est-ce aujourd'hui un combat pour servir les citoyens ou un combat pour rire de ces deux femmes aux dents longues ?

Belles paroles, courbettes, salamalèques alternent avec altercations, coups de bec et crocs-en-jambe. Sale ambiance. Beau spectacle. PS en lambeaux…

La chasse au gaspi au château de la Reine Elizabeth II

Les temps sont durs, la chasse au gaspi est lancée…

Et ça commence par les penderies de la Reine ! 365 tenues (au minimum) portées une seule fois en 20 ans (allez ! j'arrondis !) soit 7 300 tenues à porter une seconde fois… et voilà la Reine rhabillée pour 20 ans ! Comme elle en a 82  et qu'elle est en pleine forme, le compte est presque bon !

Et, dans 20 ans, il se peut qu'on puisse de nouveau lâcher la bride de l'économie… d'autant qu'on saura en 2028 s'habiller "vert et pas cher" ! Alors, sa garde-robe pourra être renouvelée…