S’il faut vous en dire plus…

"Beaucoup de Vous"  offre à toute entreprise et à toute équipe une écoute et un regard distanciés sur ce qu'elles vivent.

La confidentialité et le respect des personnes tissent la relation.

Le travail fourni est du "sur-mesure".

"Beaucoup de Vous", le bonheur d'être utile.

Merci ici à ceux qui me font confiance.

« Beaucoup de Vous » pour des patrons dans l’air du temps !

La crise actuelle a été provoquée par les "petits arrangements entre amis" de la finance.

Elle rend criante les erreurs commises par les gens de pouvoir qui parfois confondent "rapidité et intelligence" avec "impulsivité et aveuglement" ! Car, oui, le pouvoir de l'un peut rendre sourd aux autres et fait alors déraper toute l'entreprise.

Aujourd'hui, tout le monde (ou presque !) sait que le rôle et le discours des patrons ont à évoluer ! Ainsi, coup sur coup, Les Echos publient le 27 novembre  : "Quels patrons pour demain ?" et le 29 novembre  : "Comment la crise change les PDG".

Début 2008, consciente qu'il fallait repenser la communication de certains dirigeants, j'ai créé cette SARL : "Beaucoup de Vous".

Oui, aider patrons, managers et leaders à communiquer sur l'essentiel, c'est mon leit-motiv.  Que les messages deviennent accessibles à tous et qu'ils mettent en évidence la stratégie, les projets et les valeurs  de l'équipe dirigeante.

Pour que notre société évolue, il faut lui offrir confiance, bon sens, réactivité et clarté. Il y a urgence. Les leaders ont un rôle clé à jouer car l'innovation les rendra visionnaires s'il savent aussi s'entourer et écouter avant de dire et agir.

 

La guerre des « providers » internet. Le client en carafe !

14 jours sans pouvoir être reliée au monde du web, à mon monde : clients, prospects,  mails, blogs, téléphone skype, amis éloignés, météo, pages jaunes, mappy, google, abonnements de journaux internet, ma veille professionnelle et mille bons réflexes que j'ai acquis au fil du temps… AAAAAAAH ! 14 jours sans vitamines en somme ! J'ai souffert !

Tout ça pour changer de provider ! Pourvu que tout ce charivari en vaille la peine… Je vous en dirai plus, ultérieurement, quand j'aurai eu le temps de comparer…

LCI. Robe du soir ou peignoir ?

LCI. Heure de la robe du soir ou heure du peignoir ? Avec LCI, vous n'avez pas le choix : les journalistes de LCI sont des filles splendides en robe du soir… dès potron-minet. Donc, vous, aux aurores, quand vous émergez, en peignoir, l'oeil perdu et le cheveu fou, votre télévision vous accueille avec des nanas canons, habillées très classe et/ou très décolletées et qui, en plus, disent des choses très intelligentes !

Certes, il n'y a pas d'heure pour recevoir des nouvelles du monde et en donner. Mais il y a quand même une heure (et un âge !) où vous ne pouvez pas trop rivaliser avec les perles rares, recrutées par LCI et Bouygues, et sapées comme des reines !

Si donc vous avez un compagnon auquel vous tenez et si vous voulez éviter la compétition avec les journalistes à l'antenne, voici quelques options : boycotter les nouvelles du monde dès 6 heures du mat', prendre un petit déj' à horaire décalé, prôner le charme du naturel et du nu, vivre comme elles en robe du soir ou d'apparat… C'est selon. Je croise les doigts pour que vous choisissiez l'option qui vous convienne le mieux !  :)

Mais je rigole ! N’est-ce pas, Monsieur Berlusconi ?

Il y a des grands beaux noirs et des petits blancs becs, l'élégance vestimentaire italienne et l'élégance tout court, des petits présidents et des grands. Comme vous le voyez, Monsieur Berlusconi, moi aussi, j'ai énormément d'humour !

Mais peut-être que, ce jour-là, en parlant d'Obama, vous aviez trop fêté sa victoire ! Et on le sait, un petit coup de trop, et hop !, on se retrouve "noir" ! Et on dit des bêtises…

keskidi ?!? keskidi ?!?

Elle est grande, jolie. Elle va monter dans la rame de métro ; il en sort, moi aussi. Et en la croisant, il lui dit dans l'oreille, vite fait, une obscénité… Il n'avait pas prévu que, furieuse, en le regardant filer, elle crie bien fort : "Keskidi ? Keskidi ?" Nous sommes nombreux à changer de train, je hâte le pas et le suit, prête à la venger et à dire au type qu'il n'est qu'un pauv-type mais il court dans le couloir, les épaules basses, honteux peut-être du raffût qu'elle a fait, et il attrape sur le deuxième quai un train qui s'apprête à fermer ses portes. Il a eu chaud, le vil ! L'esclandre aurait bien pu le poursuivre quelques stations encore…

Bravo ! Obama, le choix d’un homme et non d’un système.

Les Américains sont courageux. Pour se battre et remonter l'économie, ils ont fait le choix d'un homme et non d'un système ou d'une théorie ou d'une invention bidouillée. Ils ont désigné l'homme qui porte l'espoir d'un peuple parce qu'il a des valeurs, des convictions, de la sérénité… ce qui, en somme, a manqué aux Américains ces derniers temps.

Quelle chance de pouvoir démontrer aujourd'hui que ce qui fait avancer une nation, une entreprise, une équipe c'est une tête pensante, une stature, un charisme investi dans le respect des autres et non simplement des machines, logiciels, produits, avancées technologiques…

A force de déshumaniser certains secteurs, on a oublié à quel point certains hommes deviennent grands en s'emparant de missions au service des autres.

Bravo ! Merci au peuple américain d'avoir voté ainsi. C'est bon pour nous tous. Et les US vont bientôt nous épater !