Roule, ma poule !, sans lâcher des noms d’oiseaux !

Développement trop peu durable, énergie en surchauffe, pétrole de luxe, soleil en vue, forme olympique… mille bonnes raisons de ressortir mon bon vélo mochard si sympathique ! Et roule, ma poule ! Le malheur, ce sont ces conducteurs délirants qui ont oublié que seulement 2 roues l'une derrière l'autre, ça roule aussi, mais c'est fragile ! et mille fois dans la journée, perché sur une selle, on risque sa vie, prêt à hurler un nom d'oiseau à un abruti qui n'entendra rien car il est verrouillé dans son carrosse, la clim à fond !

Bientôt Paris sera Pékin (et Pékin Paris !). Alors nos automobilistes devraient relire le code pour l'appliquer : doubler le cycliste à un mètre, regarder derrière soi avant d'ouvrir la porte côté voie, etc.

Mourir sur un vélo n'a rien de glorieux mais tuer un cycliste non plus. 

Parler pour tous… et durer.

PPDA quitte l'antenne. Tout arrive. Mieux vaut cela que de mourir en scène comme Molière.

J'ai apprécié son style, sa retenue, sa culture, sa voix et son économie de tics verbaux et gestuels si lassants chez d'autres. Ils sont rares ceux qui savent "parler dans le poste", à la fois pour tous et pour chacun.

Il reste à savoir si PPDA saura partir avec élégance…

Après « le jeu de l’oie », et « le monopoly », un nouveau jeu : « J’ai oublié dans le train… »

Les Anglais sont tellement "pince-sans-rire" ! Aujourd'hui, ils nous proposent un jeu désopilant, calqué sur leur actualité : "J'ai oublié dans le train…"

"J'ai oublié dans le train : mes journaux, mon casse-croûte, ma cannette vide, mes lunettes, mon ordi, ma valise, une bombe désamorcée, une bombe amorcée, ma canne, mes gants, mon haut-de-forme, mon fauteuil roulant, ma fiancée, ma femme, mes mômes, mon salaire, de l'argent sale et, et… des documents top secret défense !"

Mais comme tout se recycle, ce nouveau jeu, comme le jeu de l'oie, a ses cases gagnantes : ses journaux ont été lus, son casse-croûte mangé, sa cannette jetée, ses lunettes aux objets trouvés, son ordi et sa valise volés, les bombes au déminage, sa canne, ses gants et son haut-de-forme sur un sans abri, son fauteuil roulant à l'hosto, sa fiancée au terminus, sa femme avec le contrôleur, ses mômes se cherchent un caïd, un vrai !, son salaire s'est envolé, l'argent sale aussi et ses documents top secrets sont à la une des journaux !"

Surprenant ce jeu, non ?

PPDA, chouchou des uns, bête noire des autres ?

PPDA  : 21 ans d'antenne pour de bonnes raisons. Je ne m'en suis pas lassée ; j'ai apprécié son style, sa retenue, sa culture, sa voix et son économie de tics verbaux. Ils sont rares ceux qui savent "parler dans le poste", à la fois pour tous et pour chacun.

Quitter la place pour que d'autres  brillent à leur tour : j'acquiesce. Inutile d'après moi d'utiliser le mot "viré" ou autre ; c'est indécent. 21 ans à un poste pareil, c'est déjà une sacrée gâterie ! Bravo donc, PPDA, pour ce que vous avez déjà entrepris. Et ne vous abaissez pas à vous plaindre d'avoir à passer la main. Ce serait tout aussi insupportable de vous voir "cracher dans la soupe" ! Vous devriez être au-dessus de ça et vous avez d'autres projets à mener.

La trouille utile !

Des mois que je n'avais pas fait de sauvegarde de mes notes publiées sur ce blog !

Or, mon blog a un bug : la plupart de mes textes affichent, quoi que je fasse, "aucune catégorie". Les anciennes ont toutes disparu !!!

Sursaut, donc… et j'ai fait une sauvegarde géante : 150 pages sans les commentaires (pour l'instant). Un petit bouquin, en somme… Cela me donne une idée… 3 ans d'écrits, d'humeur, de prises de position… Je m'amuse à imaginer…

Passer de la peur de tout perdre au projet. Sympathique, non ?

Natascha, de l’enfermement à la pleine lumière, yes !

Le public est sévère. Comme toujours… Une fois de plus, la capacité de résilience des autres dérange. Cela brouille l'image que le public croyait avoir comprise : la victime est faite pour pleurer. La souffrance doit se voir. La vie sociale doit être sacrifiée. Alors, se mettre en lumière après avoir été séquestré : c'est louche !

Natascha Kampusch, après 10 ans de séquestration, mérite notre admiration : elle a opté pour un métier qui la met en lumière, à la télévision. Comme d'autres qui, malgré la médiatisation de leur souffrance, continuent de vivre normalement.. Pour survivre, tout simplement. Un avis ?

Typepad travaille pour moi…

Patience… Un bug et toutes les catégories qui organisent mes 400 notes depuis 2005 ont disparu ! C'est le fouillis ! Si vous voulez retrouver ma rubrique "c'est tout moi, ça !?!" ou "bien communiquer s'apprend", il faudra attendre que la magie revienne. Car là, le dédale dans les notes est rendu impossible.

Il y a juste un doublon ridicule sur le côté avec une seule note à l'intérieur…

Je ne touche plus à rien… J'attends…

Dommage, ce bug, car la nouvelle plate-forme pour rédiger est très confortable !