Blog en vacances… Un courant d’air…

Une robe longue et légère, des chaussures faciles et souples, un vélo qui ressemble à ceux que l’on malmène en les abandonnant dans les champs, un bon soleil sur la peau qui laisse croire que je reviens des Seychelles, un courant d’air dans les cheveux, je double les voitures fournaises en regardant le monde d’un peu plus haut… et je vais plus loin. Où suis-je ? Aucune importance…

Que je sois à contre-courant, dans l’ombre ou dans la lumière, ici ou là, je vis pleinement les vacances, le travail, les bonheurs et les chagrins, la vie en famille ou entre amis.

Et la plupart des cartes postales que j’achète, je les garde.

Blog en vacances… Neuf en thalasso !

Neuf copines vivant quatre matinées de thalasso !   Vous imaginez quoi ?  Peignoirs, mules et mines sombres ? Que nenni ! Un vent de fous-rires, de maillots et sandales branchés, de discussions sans fin et de commentaires hilares !

Chaque année, maris, époux, conjoints, compagnons… sont abandonnés en ville une très courte semaine pendant laquelle nous filons à Oléron nous "revitaliser" avec plages de sable fin, coquillages, poissons, vin blanc, farniente et shoppings d’été. Des allées et venues en thalasso, des virées à neuf au marché, un brin de cuisine qui se fait en un rien de temps, une nappe colorée qui claque au soleil, un couvert jeté à dix-huit mains et hop ! la vie de luxe est en place…

Alors, je pourrais vous dire que nous "rigolons comme des bossues" ou comme "des baleines" ou que nous nous "bidonnons" mais ce serait mentir car nous avons (bien sûr !) des rires cristallins et des looks de sirènes ou de sylphides virevoltant avec grâce dans l’eau salée, le sable blanc ou les courants d’air frais !!!!

Soyons franches : nous nous régalons de fous-rires, de bonheur et d’amitié partagés. Corps et têtes immergés dans un bain de jouvence !

Les Mamans sont sacrées !

Merci ! Ils en font trop, d’un coup, tous ces footballeurs ! Le peuple les hisse au sommet et, au dessus d’eux tous, les voici qui, à leur tour, y haussent leurs mères ! Nous voici donc imparfaites, certes, mais tout près de Dieu ! Bondiou ! J’ai le vertige !

Car même le fielleux Materazzi l’a claironné sur les toits : "La Maman est sacrée !"*

Et à propos de Zidane, "moi qui ne suis pas sa mère", j’avais écrit le lundi matin : "Peut-être qu’hier Zidane n’a pas pété un câble. Il a sans doute eu le
temps de peser le pour et le contre. Il a décidé que le coup de tête à
ce type tordu et malhonnête était éducatif !  Et Zidane,
qui sait, sera fier de dire à ses mômes : il y a des coups ‘même
verbaux’ qui sont inacceptables. Mon petit, bats-toi pour les bonnes
causes même si ça te coûte personnellement. Ta liberté commence là."
J’avais donc vu juste !… sauf que je n’avais pas imaginé que, nous toutes, les mères, nous allions en ressortir grandies après avoir été bafouées.

Mes fils, mes chers fils ! Où êtes-vous ce week-end ? Venez donc me claquer deux grosses bises : je les ai sûrement méritées !

*Le Monde.fr du 11 juillet 2006

Le pouvoir à la polonaise : celui des jumeaux !

Incroyables destins que ceux de ces jumeaux qui s’apprêtent à se partager les deux principaux pouvoirs politiques en Pologne : l’un au palais présidentiel, l’autre au gouvernement ! Etrange… En effet, nous sommes plus habitués à des couples maritaux devenant célèbres ou à des fratries aux visages différents se partageant la vedette.

Dans le cas de Lech et Jaroslaw Kaczynski, l’un a un grain de beauté sur la joue que l’autre n’a pas. Infime petit signe distinctif !

Il paraît que les Polonais, pour différentes raisons, ne sont guère enchantés de ce projet de partage. Pour nous, Français, cela sera intéressant à observer chez les autres.

Mais que dirions-nous si nous avions deux Chirac, deux Villepin, deux Sarkozy, deux Royal, deux Jospin ou deux Le Pen identiques aux commandes ?
Cela vous donne la chair de poule ?
Moi, clairement, oui !

La vie en B…, la vie en Bleu !

Bravo aux beaux Bleus bondissant bigrement bien entre les buts !
Belle brochette de battants se bagarrant, sans blêmir et sans se blesser, contre des bodybuildés bouillonnants cherchant à faire boum !
Bientôt, à force de botter, ils brosseront et bâtiront le Big Bang, brandissant la bannière et le blason des Beurs, des Blacks et des Blancs.

Bientôt nos Bleus seront bardés de bienfaits. Blague à part, ils pourront baigner dans le bonheur et, avec ou sans battage, batifoler… ou se batailler sur un bateau avec des barracudas… ou se bichonner avec béatitude… ou briquer leur bicoque… ou…

Bon sang de bonsoir ! Nom d’une bigarade ! "Botte le ballon des Bleus, mon bébé : ça, c’est tout ‘bénéf’ !  Ce sera bien plus ‘bath’ que d’être besogneux, avec des besicles, bêtifiant et bâillant devant  un bêtatron !"