Voeux déclinés sur tous les tons pour 2006

Etre la dernière à vous envoyer des voeux…

Cela pourrait, de ma part, être stratégique ! Espérer ainsi qu’ils vous accompagnent plus longtemps.

Cela pourrait aussi vouloir dire que j’ai oublié les blogueurs !   Impossible !

Alors, est-ce parce que j’ai manqué de prévoyance cette année ? Non plus…

Sachez que, dès septembre, je pense, comme ça entre deux rushs, à leur formulation. En octobre et novembre, je me dis : "cette année, peut-être pourrais-je prendre de l’avance, préparer quelque chose… Non, c’est idiot, c’est trop tôt car en janvier, ils auront l’air réchauffés." En décembre, je commence à en recevoir : cela me touche, j’admire le talent, l’organisation des autres… Mais j’attends janvier car, seule l’inspiration de janvier me parlera. Puis, enfin l’idée est là ! Et j’hésite sur la forme à lui donner. Enfin, tout est lancé ! Les enveloppes partent enfin ! Puis le web devient exigeant à son tour : je réponds alors par mail à des voeux reçus par mail. Quand enfin vient le tour des blogueurs, c’est la cata ! Impossible de faire apparaître l’image sur l’écran ! Alors, là, cette affaire devient une prise de tête pendant quelques jours… et, pour vous, du coup, j’aligne ce soir des mots, des mots de plus car, au moins pour ça, je n’ai besoin de personne !

J’ajoute, pour que vous la connaissiez quand même,
la bonne Photo_bettina_blog_voeux_2006_version_3_1photo prise à l’Entrepôt par Rodrigo,

photo dont je me suis servie dans une mise en page Sans_titrevoeux_2créée par Laetitia Chastel pour ma carte de voeux papier !

Vous savez maintenant tout sur mes voeux 2006.

Pour les voeux 2007, j’essaierai de commencer à y penser en… juillet, peut-être ??!!?? Ou juin, ce sera mieux, juin… Dans 4 mois, quoi !!! Aaaahhh…

Oups ! J’ai failli oublier : "Que 2006 vous offre de nombreux jolis moments".

« Ensemble, c’est tout » ! Enfin !

"Ensemble, c’est tout" ! Enfin !
Enfin !?
"Enfin quoi", vous dites-vous ? Quel est le ton que Bettina donne à cet "enfin" ?
Est-il plus proche du "M’enfin ?" de Gaston Lagaffe ou d’un "Enfin…" béat suivi d’un soupir léger, on d’un "Enfin !" agacé qui pourrait s’associer à un "y’a pas de quoi en faire tout un plat !" ou encore une bonne grosse exclamation qui mesure le temps qui a passé et qui est enfin révolu ?

Eh, bien, c’est ce dernier ! Cet enfin-là, avec cette intonation, veut dire que j’aurais dû lire ce livre beaucoup plus tôt. Voici un bon livre, frais, bien écrit, aux personnages bien tracés tenant des discours différents les uns des autres. Anne Gavalda crée son roman autour de cette rencontre improbable "de torchons et de serviettes" (comme elle le dit, elle-même, à deux reprises), des gens de milieux différents et qui s’apprécient parce que la vie leur offre autre chose que les carcans imposés par leur classe sociale.

Une lecture que je vous conseille car même si le nombre de pages est conséquent, cela se lit vite et aisément. Bon moment de détente.

Naaann ?! T’as jamais lu « Netizen » ??!??!!

Maintenant, nous allons avoir un coffre d’enfer ! Gare aux oreilles ! Car le premier nonblogueur  que nous rencontrerons  pourra s’entendre dire : "Naaann ?! T’as jamais lu "Netizen" ?" Et nous allons gagner un temps fou car les mots de NetizenNetizen viendront étoffer les nôtres pour décrire ce que nous vivons, nous les blogueurs !

De très nombreux "bloguenaires"  étaient là pour la naissance officielle de "Netizen", hier soir. Et je vais m’afficher "bloghyrambique" sur ce journal que nous pourrons conseiller aux "néoblogophytes", aux "blogomaniaques" et aux "blogassons" (cherchant à progresser), car tout le monde y trouvera son compte.

Netizen va devenir le "blagblegbligblogblug" du "balbulblogueur" et  ce journal  va intensifier  "l’emblogage" généralisé ! J’imagine qu’au fil du temps il nous  grisera de "blogoûlerie" voire même de "blogounettes" et restera , pour nous tous, un canard "hypbloggystyle" !

Merci, Christophe, pour ce lancement auquel tu nous as largement conviés ! Merci aussi d’avoir su nous accueillir individuellement comme si c’était chose simple et naturelle de nous avoir tous là. J’ai passé une excellente soirée et j’ai toujours un plaisir fou à retrouver tous ces blogueurs, et ces cultures, styles, générations, hobbies mélangés et si facilement accessibles. C’est toujours un cocktail détonant et grisant. Merci donc de nous offrir, à nous aussi, ce partage-là. Et encore, bravo ! Ce journal est beau et dense ! Et j’ai vu au passage une délicate attention : la présentation du blog "Ouvrons-nous" qui donne la parole aux associations humanitaires…  Drôlement bien d’avoir pensé à ce blog-là ! (et du coup, il y a même ma photo en tout petit… Waouhh !!! Excellent pour l’ego, la frime, etc.)

Nota bene : pour connaître le sens des mots entre guillemets, se référer à l’extrait de mon dico du blog dans ma note du 25 janvier.  

Continuer la lecture de Naaann ?! T’as jamais lu « Netizen » ??!??!!

Etes-vous « blogable », « emplogué », « blogossionnel » ou « blogasson » ?… Extrait du « Petit Dico du blog »


Quelques mots clés, extraits d’un tout nouveau dictionnaire :
« Le Petit
Bettina Soulez du blog »

CC, Creative Commons

Nota bene : l’auteur, prôneur de
zapping, a préféré donner un ordre débridé plutôt qu’alphabétique à son
dictionnaire.

blog : espace de création et de
liberté offert à tous via le web.

blogosphère : milieu dans lequel s’exerce
l’action de bloguer.


blogotomie : section chirurgicale tentant à séparer le blogueur de son
clavier donc de son blog (méthode tombée en désuétude car s’étant révélée
inefficace et coûteuse).


blogomanie, blogomania ou blogmania : habitude ou goût bizarre pour le
blog et qui peut provoquer l’irritation de l’entourage du blogueur.


blogomaniaque
:
qui manifeste une obsession pour le blog.



bloguesque : a trait au blog, (à ne pas confondre avec « blogubuotesque
»).


blogubuotesque : qui paraît ridicule sur un blog. Adjectif dérivé d’ubuesque.

blogouaille : ton moqueur ou irrévérencieux
de certains blogueurs.

blogaillerie : raillerie bloguée.

blogorrhée : trouble du discours se manifestant
par un excès de mots sur le blog. Maladie actuellement incurable et conduisant
à l’épuisement.


blogologue : spécialiste du blog cherchant à alléger les tourments du
blogueur compulsif.

blogopathe : personne atteinte de
blogopathie.

blogopathie : personnalité pathologique se
manifestant par un comportement obsessionnel vis-à-vis de la blogosphère.
Diagnostic facile mais guérison improbable dans l’état actuel de nos
connaissances.


blogologie : étude scientifique des faits bloguiens.


blogantisme : développement excessif d’un blog sous l’impulsion d’un ou
plusieurs blogueurs (étymologie : « blogantisme » vient du mot «
gigablogantisme », mot tombé en désuétude dès l’année 2004).


blogueur : personne qui blogue, souvent incomprise des nonblogueurs.

bloguien, bloguienne : se dit d’une personne ou d’une
chose dotée d’un atout du blogueur.


rablogueur : personne qui se charge d’amener des blogueurs sur un blog (synonyme
en langage courant : rabatteur).


blogoûlerie : ivresse bloguesque.


blogasme : point culminant du plaisir bloguien.


hâblogueur : fanfaron du blog.


blogbaronnie : seigneurie incontournable du blog. Terme à usage
généralement dépréciatif, dénotant parfois un éventuel espoir d’appartenance à cette
caste. Terme visant à  différencier « ceux qui se la pètent de ceux qui
se la jouent modeste » ! (citation d’un auteur anonyme).

blogantesque : se dit d’un blog atteint de
blogantisme (voir plus haut).


blogotique : ensemble des techniques bloguiennes.


blogothèque (appelée aussi « blogroll ») : emplacement réunissant une
collection de blogs.

blogroll : mot anglais cherchant à
s’imposer dans la langue française, synonyme de blogothèque et blogosphère.


blogorythme
:
cadence régulière ou frénétique qui s’impose au blogueur pour consulter sa
blogosphère ou blogroll.


ablogrythmie : trouble du rythme chez le blogueur qui l’incite à
annoncer qu’il va diminuer ou arrêter son « addiction au blog ». Trouble
généralement superficiel ou passager, très rarement définitif.


déblogage : action que s’autorise le blogueur afin de s’offrir une
liberté de ton.


bloguerie
:
s’apparente à une causerie qui, l’automne venu, pourrait se faire
au
coin du feu…
en France, au Canada ou en Belgique.

coblogueur : se dit de blogueurs investis
dans un même blog.

coblogage : utilisation d’un même blog afin
de véhiculer des idées.


bloguichounet : petit mot gentil qui sert à nommer un blog favori ou
préféré.

blogounette : se dit d’une plaisanterie sans
conséquence.


blogasson : se dit des blogs fades, qui ne tiennent pas la route ou qui
n’ont aucun intérêt. Se dit également de blogueurs insipides.

hypbloggystyle : (tournure emphatique) qualificatif
donné à un blog très « branché ».


gloubibolga : nourriture bien connue de « L’île aux blogueurs ».


bloguenaire(s)
:
s’utilise généralement au pluriel pour parler de cette couche de la population
qui blogue.


bloguable
: (terme
familier voire vulgaire, davantage utilisé par la gente masculine que féminine…
encore que…)
, se dit de quelqu’un ou quelqu’une qu’on juge digne d’être
blogué (e) ou que l’on désire ardemment bloguer.

imbloguable : (terme familier voire
vulgaire),
jugement de valeur souvent irrévérencieux, par opposition
à « bloguable » (voir plus haut). Se dit de quelqu’un qu’on ne
désire pas bloguer ou que l’on n’imagine pas bloguable.

emblogué : se dit d’une personne
embarquée, engluée ou embrigadée dans un courant bloguien.
 

embloguable : se dit d’une personne qui court
le risque d’être sous influence bloguienne (à ne pas confondre avec «
imbloguable »).


désemblogué : se dit d’un pauvre-bougre-blogueur, égaré en dehors de la
blogosphère.


bloghyrambique : qualifie un commentaire très élogieux ou enthousiaste à
propos d’un blog (ou d’une note sur un blog).


blogossionnel
:
peut qualifier une névrose dont le symptôme est un rituel blogomaniaque et
blogophage.  Terme usuel provenant de la contraction de " blog" et  "obsessionnel".

blogophage : se dit d’un gros consommateur
de blogs.

blogologie : science et technique de la
création d’un blog.


blog in : mot anglais désignant le fait de bloguer entre midi et deux,
au volant de sa voiture, grâce à une borne wifi.

blog out : tournure elliptique désignant
une « blog outline », service de dépannage à distance faisant exploser les
factures téléphoniques.


"gueblo"

: bloguer en langage verlan.

inébloguable : se dit d’un blog inimitable et
inégalable.

désopilablogue : qualifie les notes de certains
blogueurs qui créent l’hilarité chez leurs lecteurs.


influençoblogue : plaque tournante du pouvoir bloguien, à ne pas
confondre avec « la blogbaronnie ».


blogotage
:
action de bloguer en dilettante.

blogainéant, -te : fainéant, -te du blog.

balbublogueur
:
blogueur débutant et malhabile.

balbublogage : bredouillage du blogueur débutant
et malhabile.


néoblogophyte : blogueur récemment converti à l’art de bloguer.


blagblegbligblogblug : célèbre méthode d’apprentissage basique du blog, (parodie
de la célèbre méthode d’apprentissage de la lecture : ba-be-bi-bo-bu…)

bullabloguer : se la couler douce en bloguant.

Des excuses !!?!!? C’est quoi, ce mot ?

Y’a des gens, comme ça !, on leur a tout appris (croient-ils…) sauf ça. Des excuses !?! Impossibles à dire… Ils ont été nourris au : "T’excuse pas, mon gars ! Ca fait ‘faible’ ! Sois fort. T’abaisse pas. Jamais d’excuses."

Heureusement, nous sommes nombreux à avoir bénéficié d’une autre éducation.  Et quand, par mégarde, nous marchons sur le pied de quelqu’un, nous lui présentons des excuses. Et, p’t’êt bien que, si nous avions envoyé en taule des innocents ou séparé par erreur des enfants de leurs parents, ces mots d’excuses nous viendraient encore spontanément aux lèvres…

Alors, si le "petit" juge au grand pouvoir ou l’accusatrice-calomniatrice d’Outreau commettaient l’erreur syntaxique de s’excuser eux-mêmes en disant : "je m’excuse", au lieu d’un "je vous prie de m’excuser" adressé aux lésés… si donc ces mots-là leur venaient, nous autres, observateurs glacés par tant de malheurs, nous y verrions un début d’humanité.

Continuer la lecture de Des excuses !!?!!? C’est quoi, ce mot ?

Réseaux de blogueurs : confiance…

Pour bâtir un  réseau, mieux vaut le bâtir sans urgence ou précipitation, avec confiance, en ayant pris soin de connaître les gens avec qui l’on va se retrouver liés. Pour cela, les rencontrer au  moins trois fois. Je suis donc généralement prudente dans ma façon d’avancer. J’écoute beaucoup de monde, je parle… mais je m’associe à un projet quand je cerne mieux les gens qui le mèneront.

Certes, le blog fait gagner du temps : à travers les écrits des blogueurs, leur engagement, les sujets dont ils parlent, leur angle de vue, leur forme d’humour, il devient plus aisé de dire si on est, oui ou non, sur la même longueur d’onde.

Dans mes deux blogrolls, là, à gauche, j’ai beaucoup de favoris. Et quand Mry m’a demandé de participé à la vidéo : "Ouvrons-nous", pour lancer le blog "Ouvrons-nous",  j’ai eu la bonne surprise de retrouver autour de lui bon nombre de mes chouchoux concernés par son projet. Cela m’a donc fait plaisir d’en être.

Un conseil : allez voir de temps en temps ce qui se dit sur ce blog-là. Il donne la parole aux associations humanitaires. Les deux premiers rédacteurs, Folie et Mike, donnent le ton, un joli ton. Et merci à Vinvin, pour sa note "Keep cool". Moi aussi, j’ai horreur de ceux qui s’éclatent dans le dénigrement facile et systématique. J’aime qu’il y ait encore des gens candides, tendres, spontanés, drôles, décalés, inventifs ou même naïfs. Ils sont agréables à côtoyer et  souvent plus constructifs que les médisants, les gros nuls, les "revenus de tout" et les ricaneurs, tous "empêcheurs de faire" !

Enfin, je continue de croire au pouvoir que chacun possède de faire évoluer la société ! Alors, soyons simples et agissons. Un + un + un + un… en réseau, pourquoi pas ? Et tant que le réseau reste conforme à notre éthique personnelle, il est bon d’y adhérer. S’il dérape, nous devons nous sentir libres de le dire et/ou de le quitter.

Etre en réseau, ce n’est pas devenir aveugle et suivre, c’est s’engager, agir. Chacun donne et reçoit. Et tous regardent dans la même direction. A chacun de maintenir le cap, grâce à une conscience et une responsabilité collectives. Bâtir un réseau fiable sans s’approprier sa réussite, sans nuire aux autres participants. Sur le blog, en l’occurrence, cela permettra aux réseauteurs-blogueurs-acteurs de rester confiants les uns envers les autres… et d’aller loin, ensemble.

Les réseaux sur France 5 Emploi

Je vous parle peu du thème du "réseau" dans ce blog, un des sujets professionnels que je traite en entreprise. En effet, ici, je parle souvent de mille (!) autres sujets.

Si vous êtes restés sur votre faim, voici sur le web, une interview retranscrite que j’ai eue, fin novembre, avec Corinne Dillenseger, une journaliste de France 5 Emploi. J’ai répondu à ses questions sur l’utilité d’entretenir ses réseaux au sein de l’entreprise.

Samba et flamenco !… et le temps passe trop vite !

Deux spectacles enchanteurs vus à Paris !
Guettez les programmes pour le cas où ils arrivent près de chez vous.

Les musiciens sont en scène et donnent le rythme :

  • des sambas colorées, toniques et lumineuses avec le spectacle Brasil Brasileiro,
  • du flamenco, tout en ombre et brillance des tissus avec le ballet de Sara Baras.

Tous ces danseurs font des prouesses sur scène. Ils mettent le feu dans nos coeurs et nous font voyager au gré de leur musique.

Deux grands moments !

Des « Toques littéraires » vues sur Google !

Toujours agréable, grâce à Google, de tomber sur un article écrit par un inconnu et d’y apprendre que l’on m’attribue des "Toques littéraires" !

Plus souvent, ce sont les journalistes qui repèrent un de mes livres et en parlent, avec ou sans interview préalable. Ainsi, ce matin, j’ai été interviewée sur le sujet du "réseau" par un journaliste.

Là, ce qui est différent, c’est qu’un professeur de l’Education
Nationale s’intéresse à mes livres sur les techniques de lecture et cherche à en tenir compte pour
dynamiser ses élèves. Cela me touche car, même si j’ai écrit pour le monde
de l’entreprise et les étudiants, j’apprécie que les éducateurs y voient une utilité pour leur cible ! Et c’est rare qu’ils en témoignent si ouvertement.

Voici donc, dans une note bibliographique de Pierre Fornerod, les commentaires sur deux de mes ouvrages. Vous la trouverez, annexée à son site educalire.net, dans un document contenant un texte sur une dizaine d’ouvrages :

Pierre Fornerod attribue donc à mes livres "3 toques" (c’est le maximum !) et écrit :

        "1- Devenir
un lecteur performant
, de Bettina Soulez, éditions Dunod
Formidable ! En nous présentant ses
principes, ses réflexions, Bettina Soulez nous fait nous chronométrer et
mesurer nos performances; par des exercices appropriés, elle nous oblige à nous
pencher sur notre façon de lire et nos propres défauts. A la fois dense et
court, ce livre devrait figurer dans toutes les bibliothèques. Il présente une
foule d’exercices assez diversifiés et s’attache particulièrement à la façon de
lire un texte selon la catégorie à laquelle il appartient. Convient à des
adultes; bien des exercices ne sont pas à la portée de nos élèves.


2- Lire vite et bien, de Bettina Soulez – Ed. d’Organisation –
1999-2002 (178 p.)
Même remarque que ci-dessus ; cet
ouvrage complète le précédent et, même s’il s’adresse plutôt à des adultes, les
profs que nous sommes peuvent en tirer de nombreux éléments."

Merci à Pierre !
Sympathique, non, ce Pierre ?

Rappel : ces deux titres ont été réédités, réactualisés et densifiés en 2003 et 2005. J’y ai ajouté des conseils et des exercices pour la lecture sur écran ou la lecture du théâtre et de la poésie. Dans les versions précédentes, j’évoquais déjà largement la lecture des journaux, essais, comptes rendus, romans … et j’y parle encore et toujours  de la mémoire, l’attention, la concentration…

Enfin de l’or dans les jardins !

La rosée du matin entretient les jardins.
Or la rosée, si elle était bue, serait une des réponses à nos éventuelles pénuries d’eau potable. C’est donc un pactole qui s’est déjà évaporé…
D’après un article du Monde, Daniel Beysins, du "laboratoire Hydrodynamique et mécanique physique de l’Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles (ESPCI)" cherche un moyen facile pour que nous  récupérions tous les jours cette fameuse rosée. Bonne idée !
Car cette manne ainsi récupérée nous donnera à tous le sentiment de posséder de l’or translucide, à défaut d’or noir…